Mis en avant

Bienvenu dans mon monde photographique

A la découverte de mon univers photographique

« Il ne s’agit pas de transmettre une vision, mais de toucher les gens à travers une image.« 

– Ansel Adams

Oyé, oyé, je vous souhaite la bienvenue. Via ce blog, j’aimerais vous présenter ma vision de la nature et des êtres qui nous entourent.

Le but est de faire apprécier mon travail, échanger avec vous, obtenir des conseils. N’hésitez pas à me laisser vos avis, critiques ou autres qui me permettraient de me faire avancer.

La fourmi

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cent millions de fourmis seront nées sur la planète. Sept cent millions d’individus dans une communauté estimée à un milliard de milliard, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires … Ses armes aussi.

Bernard Weber, Les Fourmis

Imaginez alors combien de fourmis sont nées le temps que j’écrive cette phrase.

En s’y intéressant juste à peine, leur monde devient extraordinaire.

Comment une si petite bête peut élever des pucerons, être kamikaze, creuser des méga galeries (une de 6 000 km est connue), nager et former un radeau pour protéger sa belle, provoquer une douleur égale à celle d’une balle de fusil, ravager tout un terrain de culture … Et j’en passe…

Mister bourdon

Ce bombus me tiendrait il tête ?

Ah non, il se réchauffe les fesses au soleil !

J’adore voir ces insectes volants, pollen collé au poil, se prélasser au soleil, faire une pause dans leur mission journalière.

A savoir qu’ un bourdon vole à la vitesse de 3 m/s soit 11 km/h … Les femelles ne piquent que si elles sont en danger.
Ils sont capables de produire leur propre chaleur grâce à leur pilosité et sortent lorsque les températures avoisinent 5 degrés. Ils sont extrêmement important pour la pollinisation. D’ailleurs, il existe des élevages de bourdons pour cette cause.
Inutile de préciser qu’il faut protéger ses nids et le moindre individu de son espèce.

Les fleurs sont leur propriété

Près d’une marguerite, j’entends un petit être, mené par sa curiosité , défendre sa place :

– Que me veux tu humaine, tu compte cueillir cette fleur ? Celle qui me nourrit, la mettre dans un vase et qu’elle meurt dans trois jours ?

-Oh que non, petit insecte, c’est toi ma star, sans elle je ne t’aurais jamais trouvé ! Tu veux te faire le plus beau pour la photo ?

Alors, le petit être, rassuré, s’exécuta, me montrant son plus beau profil !

Encore une belle série … Merci à lui pour sa patience, sa curiosité, son talent : – )

La délicatesse

La délicatesse d’un papillon à se poser sur une belle, qu’il choisit par sa couleur et son odeur.

Comme la plupart des insectes, il se nourrit de nectar, de pollen. Quand vient l’hiver il peut s’enfuir, migrer ou mourir.

Il se raréfie. A cause de quoi ? Évidemment l’activité humaine : destruction de leur habitat, pollution lumineuse, et encore et toujours les pesticides …

Le savoir inutile du jour, il existe 250 espèces de papillon de jour et seulement 26 sont protégées, de l’oeuf au papillon. ! Seulement 26? … !!

Une bonne action ? Planter leurs fleurs préférées, créer des haies fleuries qu’ils puissent s’abriter, ne pas chasser les chenilles, le fauchage tardif, etc …

« Quand la chenille pensait que tout était fini, elle devint un magnifique papillon. Ne perdons jamais l’espoir. »

L’abeille domestique

Halte aux idées reçus, elles ne sont pas agressives ! N’en ayez pas peur, ne les embêtez pas non plus !

Elles sont de formidables insectes, qui ont développé une société hors pair, ne laissant pas les profiteurs l’affaiblir, (euh je parle des mâles… mort après l’accouplement ou mort à la fin de l’été, une bouche inutile à nourrir) …

A bon entendeur !   

Elles sont très vulnérables, les pesticides, les prédateurs, les virus, les parasites … Certaines fleurs sont toxiques, s’il n’y a qu’elles à être butinées.

Faites une bonne action, protégez les : fauchage tardif, zones sauvages dans le jardin, balcons fleuris, mettre à disposition de l’eau sans qu’elles puissent se noyer, des abris pour les abeilles solitaires. Elles n’aiment pas le vent en revanche.

http://abeille.gudule.org/ est un site qui recense les apiculteurs susceptibles de vous aider si vous trouvez un essaim dans votre jardin.

En tout cas, elles restent un vrai challenge à photographier.